Brexit : semaine chaotique pour Boris Johnson

Nouvel épisode dans le feuilleton du Brexit. Après sa démission, Amber Rudd, l'ancienne ministre du Travail britannique, charge Boris Johnson à la télévision. Elle reproche au Premier ministre de travailler uniquement pour le "no deal", une sortie de l'UE sans accord. Un nouveau coup dur pour le nouveau locataire du 10 Downing Street qui vient clore une folle semaine. Mardi 3 septembre c'était un député de sa propre majorité qui changeait de camp, le privant de majorité absolue.

Droit dans ses bottes Dans une ambiance survoltée, les parlementaires votent une loi interdisant le "no deal" et ils rejettent la proposition d'élections anticipées. "Je n'accepterai ça en aucune circonstance", a lancé Boris Johnson à la tribune. Jeudi 5 septembre, c'est le frère du Premier ministre qui le lâche en démissionnant de son poste de ministres des Universités. Malgré une semaine chaotique, Boris Johnson reste droit dans ses bottes, laissant entendre qu'il pourrait passer en force et aggraver plus encore la crise politique.