Brexit : le Royaume-Uni vise une économie dont les "hauts salaires" seront les piliers !

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Près de 10 mois après que le Royaume-Uni soit officiellement sorti de l'Union européenne, les premières tendances de politique économique se dessinent. Le Premier ministre britannique Boris Johnson devait promettre mercredi devant ses troupes de négocier le virage d'une économie post-Brexit dont "hauts salaires" et "hautes qualifications" seront les piliers. Des abattoirs aux camions-citernes, le manque de main-d'oeuvre frappe de plein fouet le Royaume-Uni et vient semer le doute et l'impatience face au slogan martelé par le dirigeant conservateur de 57 ans de "reconstruire en mieux" après la pandémie et le Brexit.

Mais Boris Johnson, qui s'adressera en personne pour la première fois depuis deux ans à son parti réuni en congrès, assure que le Royaume-Uni traverse là une période de transition."Nous nous attaquons aux problèmes sous-jacents les plus importants de notre économie et de notre société", devait-il déclarer, pour clore la grand messe des conservateurs à Manchester (nord-ouest), "les problèmes auxquels aucun gouvernement n'a eu les tripes de s'attaquer auparavant".Il s'agit là d'un "changement de direction qui n'a que trop tardé" pour l'économie britannique, selon des extraits de son discours, dans lequel il doit répéter que le pays tourne le dos à un "vieux système cassé" reposant sur "de bas salaires, une faible croissance, de faibles qualifications et une faible productivité, le tout rendu possible et facilité par une immigration incontrôlée".

Les secousses que connaît (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le prix du gaz s'envole, le pétrole temporise
Prix de l’essence : Anne Hidalgo veut une baisse des taxes, Bruno Le Maire évoque une aide
Économie : "les campagnes sont au centre du jeu !"
Pas-de-Calais : le maire s'enrichissait en vendant de faux meubles d'un designer
Brexit : Castex veut un appui "plus ferme" de l’UE face au Royaume-Uni sur la pêche, les coopérations bilatérales menacées !

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles