Brexit: le Royaume-Uni et l'Union européenne trouvent un accord historique

·2 min de lecture

Les négociateurs des deux camps, lancés depuis mercredi dans d'ultimes tractations, ont trouvé un terrain d'entente. "Un accord est conclu", a indiqué une source du gouvernement britannique.

Après dix mois de négociations harassantes, l'Union européenne et le Royaume-Uni ont conclu jeudi un accord historique sur leur future relation commerciale, qui leur permettra d'éviter in extremis un "no deal" dévastateur pour leurs économies en fin d'année. Deux sources européennes ont confirmé à l'AFP que les négociateurs des deux camps, lancés depuis mercredi dans d'ultimes tractations, avaient trouvé un terrain d'entente. "Un accord est conclu", a indiqué une source du gouvernement britannique.

La présidente de la Commisison européenne Ursula von der Leyen et le négociateur européen Michel Barnier devaient donner une conférence de presse, a indiqué un porte-parole de l'exécutif européen. L'aboutissement de ces laborieuses discussions, débutées en mars, permettra aux deux parties de s'épargner un "no deal" aussi embarrassant sur le plan politique que dommageable au niveau économique.

Les négociations étaient depuis lundi entre les mains d'Ursula von der Leyen et du Premier ministre britannique Boris Johnson, qui ont échangé à plusieurs reprises pour tenter de sortir de l'impasse sur la pêche, ultime point d'achoppement des discussions.

A lire :Accord du Brexit: Theresa May, Angela Merkel, Emmanuel Macron...les réactions politiques

Malgré son faible poids économique, le secteur de la pêche revêt une importance politique et sociale pour plusieurs Etat membres, dont la France, les Pays-Bas, le Danemark ou l'Irlande. Mais les Britanniques veulent reprendre le contrôle de leurs eaux et en ont fait le symbole de leur souveraineté retrouvée après le divorce.

Les tractations se sont concentrées sur le partage des quelque 650 millions d'euros de produits pêchés chaque année par l'UE dans les eaux britanniques et sur la durée(...)


Lire la suite sur Paris Match