Brexit: Le respect du protocole nord-irlandais relève de la paix, déclare Le Drian

·2 min de lecture
BREXIT: LE RESPECT DU PROTOCOLE NORD-IRLANDAIS RELÈVE DE LA PAIX, DÉCLARE LE DRIAN

DUBLIN (Reuters) - Remettre en question le protocole sur l'Irlande du Nord prévu par l'accord sur le Brexit entre le Royaume-Uni et l'Union européenne serait dangereux et l'Union européenne ne peut pas accepter des exceptions unilatérales qui risquent de compromettre l'ensemble de l'accord, ont déclaré jeudi le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, et le secrétaire d'Etat Clément Beaune.

Le protocole concerné vise à éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande mais il a contribué à raviver les tensions entre les différentes communautés de l'île, les unionistes refusant tout différence de traitement avec le reste du Royaume-Uni, ce qui s'est traduit par plusieurs nuits de violences le mois dernier.

Les discussions entre l'UE et le Royaume-Uni sont censées s'intensifier dans les semaines à venir pour résoudre ce que le ministre irlandais des Affaires étrangères, Simon Coveney, a qualifié de "frustrations" sur la mise en application du protocole. "Nous espérons que de vrais progrès pourront être accomplis dès que possible", a-t-il dit jeudi.

Jean-Yves Le Drian et Clément Beaune, en visite à Dublin, ont quant à eux souligné que le respect du protocole allait au-delà des engagements pris par Londres.

"Je veux être clair: le respect du protocole nord-irlandais c'est beaucoup plus que le respect des engagements pris, c'est le choix de la paix", a dit Jean-Yves Le Drian.

"Remettre en cause cet engagement, auquel les Britanniques ont souscrit, serait dangereux", a ajouté Clément Beaune.

"Bien sûr, des flexibilités peuvent être trouvées dans le cadre du protocole (...) En revanche, l'Union européenne ne peut pas admettre de dérogation unilatérale qui remettrait en question la confiance dans l'application de bonne foi de l'accord de retrait."

(John Irish; version française Marc Angrand, édité par Jean Terzian et Bertrand Boucey)