Brexit : des PME françaises craignent de perdre leurs clients britanniques

Une PME française expédie chaque semaine plusieurs centaines de cartons de moutarde et de confiture vers des hôtels de luxe du Royaume-Uni. Eli Gifford s’inquiète pour le futur de son entreprise après la signature de l’accord du Brexit, mercredi 30 décembre. Les marchandises pourront circuler librement sans taxes douanières, mais pas sans formalité. Il faudra faire des déclarations qui risquent d’alourdir les échanges. "Ça pourra prendre deux, trois jours de plus, ça peut être bloqué, les documents de douane à fournir, on ne sait toujours pas à quoi ils ressemblent", s’interroge le gérant. Une cellule spéciale Brexit Ce spécialiste réalise un tiers de son chiffre d’affaires avec l’Angleterre et a peur de perdre une partie de ses clients. C’est aussi le cas d’un grossiste en alcool pour qui les Anglais représentent 20% de la clientèle. Avec le Brexit, il n’est pas certain qu’ils viennent toujours faire leurs courses en France. Pour compenser, le gérant songe à vendre sur internet, mais encore faut-il que ce soit rentable. La Chambre de commerce des Hauts-de-France a créé une cellule spéciale Brexit pour accompagner les entreprises.