Brexit : les négociations sur la pêche avec le Royaume-Uni “patinent”, nos pêcheurs veulent parler à Macron

·1 min de lecture

Les pêcheurs français sont en colère. Alors que "les négociations avec le Royaume-Uni patinent", ils souhaitent rencontrer le président Emmanuel Macron afin "d'examiner tous les leviers à disposition" pour faire appliquer "strictement" l'accord entre l'UE et Londres. Les professionnels de la filière ont demandé au président du Comité national des pêches (CNPMEM) Gérard Romiti "de saisir le président de la République", a expliqué Jean-Luc Hall, directeur général du CNPMEM. Dans cette lettre datée de mercredi, Gérard Romiti sollicite une audience "afin d'examiner tous les différents leviers dont nous disposons, tant sur le plan politique (négociations en cours sur d'autres secteurs comme celui de l'énergie), que sur le plan juridique (les mesures de rétorsion)", dans le but de faire appliquer "strictement" l'accord de commercialisation et de coopération signé entre Bruxelles et Londres fin décembre.

Début mai, quatre mois après la conclusion de l'accord, la situation s'était brusquement tendue entre Londres et Paris sur la question de l'accès des pêcheurs français aux poissonneuses eaux britanniques. Le gouvernement et les pêcheurs français affirment que Londres s'affranchit de l'accord conclu dans le cadre du Brexit en durcissant les conditions d'accès des pêcheurs aux eaux britanniques. Une accusation récusée côté britannique, où l'on assure octroyer les licences de pêche "conformément à l'accord commercial".

>> A lire aussi - Accord sur le Brexit : la grogne des pêcheurs britanniques (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Belarus : gaz, potasse… l’Union européenne veut faire payer le prix fort à Loukachenko !
Ibiza dit "non" à la version espagnole de "L'île de la tentation"
Covid-19 : la théorie d'un accident de labo gagne du terrain, la Chine dénonce "l'histoire sombre" du renseignement américain
Réchauffement climatique : l’ONU et l’Imperial College de Londres tirent le signal d’alarme !
Au Montenegro, une autoroute à un milliard de dollars qui ne mène nulle part