Brexit : Macron intransigeant face à Londres, Merkel entrouvre une porte

franceinfo

Fermeté d'un côté, optimisme de l'autre. Face au refus de Londres d'entériner l'accord de Brexit conclu fin 2018 avec l'Union européenne, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont du mal à accorder leurs discours. Mercredi 21 août, à Berlin, Boris Johnson a martelé qu'il ne pouvait accepter en l'état l'accord actuel de divorce. Le Premier ministre britannique réclame la suppression du "filet de sécurité". Un mécanisme controversé prévu pour empêcher la création d'une frontière entre Irlande du Nord et République d'Irlande, mais qui rendrait selon lui le Royaume-Uni "prisonnier" du cadre juridique de l'UE.

"La renégociation dans les termes proposés par les Britanniques n'est pas une option qui existe", a aussitôt rétorqué Emmanuel Macron devant l'Association de la presse présidentielle, ajoutant que "cela a toujours été affirmé très clairement par le négociateur" de l'UE, Michel Barnier.

Paris se prépare à un Brexit dur

Pour le président français, un "Brexit dur", sans accord au 31 octobre, "serait la responsabilité du gouvernement britannique", qui "a toujours la possibilité jusqu'à la dernière seconde de retirer l'article 50", sur lequel repose la procédure de sortie de l'UE. La France s'est "préparée" à ce scénario, a-t-il souligné. "Tous les textes ont été passés, nous sommes à l'heure. On a embauché les douaniers, les experts vétérinaires..."

A Berlin, où Boris Johnson (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi