Brexit : Londres cherche déjà à contourner l'accord

·1 min de lecture

Quelques jours seulement après la mise en œuvre du Brexit, Londres réfléchit déjà à s'écarter des règles européennes.

Et précisément, le ministère britannique des Entreprises réfléchirait à revoir certaines règles sur le droit du travail, notamment celle qui plafonne le temps de travail à 48 heures par semaine. Il s'agit d'une directive européenne qui s'applique sur tout le continent. Or, en vertu de l'accord de Brexit, Londres s'est engagé à ne pas "diverger" des règles en vigueur en Europe. Ça a été le point dur des négociations pendant des mois, les Européens disant aux Britanniques "si vous voulez continuer à accéder à notre marché, il faudra accepter nos règles".

Pour qu'il n'y ait pas de concurrence déloyale ?

Exactement, c'est le principe du "level playing field", jouer à armes égales. Or si l'on en croit le Financial Times, qui d'ailleurs s'en inquiète, les plus conservateurs dans l'entourage de Boris Johnson, et le Premier ministre lui-même, étudieraient déjà un détricotage des règles sur le temps de travail pour donner un avantage aux entreprises britanniques. Rien n'est officiel à ce stade. Mais on voit bien la tentation de "tester" la solidité de l'accord de Brexit. Si Londres diverge, alors il est prévu un mécanisme de sanctions : l'Union européenne peut imposer des droits de douane. Pas question en effet que nos entreprises soient pénalisées par rapport à des concurrents britanniques qui seraient soumis à des règles plus souples.

On veut éviter le dumping social ...


Lire la suite sur Europe1