Brexit : "si l'accord n'est pas bon, nous utiliserons le droit de veto", dit Clément Beaune

·1 min de lecture

Dans la dernière ligne droite des négociations concernant le Brexit, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune a rappelé que la France n'avait pas l'intention de signer un accord défavorable à ses intérêts économiques. "Il faut se préparer à un risque de 'no deal' mais ce n'est pas ce que l'on souhaite, a-t-il indiqué vendredi au micro d'Europe 1. J'espère encore que l'on peut avoir un accord mais nous n'accepterons pas un accord mauvais pour la France. S'il y avait un accord et qu'il n'était pas bon, nous nous y opposerions avec un droit de veto".

>> LIRE AUSSI -Brexit : le port du Havre organise le retour des contrôles aux frontières

Protéger les pêcheurs et les producteurs

Un "no deal" pourrait avoir des conséquences importantes sur de nombreuses entreprises françaises ainsi que sur les citoyens qui souhaitent voyager au Royaume-Uni. "Il faut se préparer à ce risque. C'est à dire qu'au 31 décembre, il est possible nous n'ayons plus une libre circulation et un libre accès au marché britannique. Et réciproquement", a averti Clément Beaune. "Ce n'est pas ce que l'on souhaite et les négociations, à l'heure où nous parlons, se poursuivent avec Michel Barnier, qui est à Londres en ce moment. J'espère encore que l'on peut avoir un accord. Mais je veux dire aussi à nos pêcheurs, à nos producteurs, aux citoyens qui nous écoutent que nous n'accepterons pas un accord à de mauvaises conditions."

>> LIRE AUSSI -Castex promet un plan pour la pêche ...


Lire la suite sur Europe1