Brexit : "L'accord limite les dégâts", estime le président du pôle Europe du Medef

·1 min de lecture

Ce sont 1.246 pages d'un accord "équilibré" selon Bernard Spitz. Deux jours après que le Royaume-Uni et l'Union européenne se sont enfin mis d'accord pour éviter un "no deal", le président du pôle International et Europe du Medef estime au micro d'Europe 1 que ce dernier "limite les dégâts". "L'accord est équilibré : il fallait trouver une solution politiquement acceptable pour la frange extrême du parti conservateur", mais qui satisfasse également les milieux économiques, rappelle-t-il. 

>> LIRE AUSSI - Fin d'Erasmus au Royaume-Uni : "C'est l'abandon du socle culturel commun européen"

Les droits de douane évités...

Et c'est donc à quelques jours de la sortie définitive du Royaume-Uni de l'Union européenne que cet accord est parvenu à réaliser ce grand écart : une sortie politique sans pour autant remettre en place des droits de douane. Reste que le Brexit va tout de même changer la donne pour les quelque 120.000 entreprises françaises qui font des affaires outre-Manche. "Ça va être compliqué", résume Bernard Spitz. En effet, si "on a réussi à éviter les droits de douane, il y a quand même des douanes".

Des contrôles et des contraintes administratives risquent donc de complexifier "les choses et rendre la circulation [des marchandises] moins fluide". 

>> À LIRE - Brexit : la City, grande oubliée de l'accord entre les 27 et le Royaume-Uni

... mais de nouvelles procédures à prendre en compte

Si ces nouvelles démarches seront rapidement intégrées dans les habitudes des...


Lire la suite sur Europe1