Brexit : l’accord laisse un goût amer pour les pêcheurs britanniques

"Il ne faut pas s’attendre à de grandes célébrations du Brexit, ce soir", prévient le journaliste de France 2 Matthieu Boisseau, en direct de Londres (Royaume-Uni), jeudi 31 décembre. À minuit, le pays sortira officiellement de l’Union européenne. "Les Britanniques avaient envie de tourner la page de ce feuilleton qui a empoisonné les discussions pendant presque cinq ans", ajoute-t-il. "Une trahison" pour les pêcheurs britanniques L’accord signé avec les Européens a largement déçu les pêcheurs britanniques. Comme tous ses collègues, Neil Whitney, pêcheur à Newhaven, dans le sud de l’Angleterre, attendait monts et merveilles du Brexit. Les quotas accordés aux Européens vont baisser, mais seulement de 25%, dans cinq ans et demi. "Je l’ai ressenti comme une trahison, je sais bien sûr que dans le monde des affaires, il faut faire des compromis, mais je pense que nous sommes allés un peu trop loin dans le compromis", regrette le pêcheur.