Brexit: Johnson contré par la justice écossaise qui juge "illégale" la suspension du Parlement

Le HuffPost avec AFP
Britain's Prime Minister Boris Johnson reacts during a meeting with Ireland's Prime Minister (Taoiseach) Leo Varadkar in Dublin, Ireland, September 9, 2019. REUTERS/Phil Noble

BREXIT - Vous reprendrez bien un nouveau rebondissement sur le Brexit? La cour d’appel d’Edimbourg a jugé ce mercredi 11 septembre “illégale” la décision de Boris Johnson de suspendre le Parlement britannique jusqu’au 14 octobre, deux semaines avant le Brexit prévu le 31 octobre. 

Les juges ont estimé que cette décision avait “pour but d’entraver le Parlement”. Il s’agit de la première victoire judiciaire des opposants à cette suspension très controversée du Parlement. Une nouvelle réjouissante pour ces élus à l’image de Joanna Cherry qui a immédiatement appelé à la réouverture de la Chambre des communes.

Le Labour, principal parti d’opposition, tout comme la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, ont demandé que le Parlement soit immédiatement rappelé.

Mais le gouvernement -qui avait jusque là remporté toutes les batailles judiciaires autour de cette prorogation- a décidé de aire appel du jugement devant la Cour suprême. “Nous sommes déçus de la décision d’aujourd’hui et ferons appel auprès de la Cour suprême”, a simplement déclaré Downing Street dans un communiqué.

Johnson avait remporté les premières manches

Selon l’avocat Jolyon Maugham, partie prenante dans le dossier, la Cour suprême pourrait examiner la décision dès mardi prochain.

En première instance, la justice écossaise avait rejeté l’action intentée par près de 80 parlementaires pro-européens pour bloquer cette suspension, dénoncée par ses détracteurs comme une manœuvre du chef du gouvernement conservateur visant à les empêcher de bloquer un Brexit sans accord.

Le juge Raymond Doherty avait estimé que cette suspension relevait “du domaine de la politique et de la prise...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post