Brexit : « de grosses divergences subsistent », admet Ursula von der Leyen

Source AFP
·1 min de lecture
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en décembre 2020.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson (à gauche) et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, en décembre 2020.

L'Union européenne et le Royaume-Uni n'ont toujours pas accouché d'un accord post-Brexit... et le pessimisme est dans l'air. A l'issue d'un entretien téléphonique entre Ursula von der Leyen et Boris Johnson, pour tenter de débloquer la situation jeudi 17 décembre, la présidente de la Commission européenne a admis qu'il serait « très difficile » de combler les divergences. « Avec Boris Johnson nous avons fait le point sur les négociations entre l'UE et le Royaume-Uni. Nous avons salué des progrès importants sur de nombreux sujets. Cependant de grosses divergences subsistent, en particulier sur la pêche », a-t-elle écrit sur Twitter.

De son côté, le Premier ministre britannique a jugé les demandes européennes sur ce sujet « pas raisonnables » et avertit qu'un échec des discussions reste « très probable » sans concession importante de Bruxelles. Selon une source britannique, Londres est « toujours prêt à continuer les négociations et à ratifier un accord, même tardivement ». « Mais un accord doit entrer en vigueur d'ici au 1er janvier et en aucun cas le Royaume-Uni ne continuera les discussions si c'est impossible », a souligné cette source. « Sur la pêche c'est vraiment très compliqué, c'est de cela que dépend un accord », a souligné à l'Agence France-Presse une source européenne.

Des signaux positifs pourtant

La journée avait commencé sur des signaux positifs. Le négociateur européen Michel Barnier a estimé devant des eurodéputés qu'un accord était possibl [...] Lire la suite