Brexit : la grogne monte parmi les pêcheurs français

·1 min de lecture

Le Parlement européen doit approuver mardi après-midi l'accord commercial conclu avec Londres. Ultime étape d'une séparation douloureuse, bien qu’il reste un point de tension essentiel : la pêche. Le bras de fer engagé entre les pêcheurs français et le Royaume-Uni s’intensifie. Paris a même suggéré quelques mesures de rétorsion.

Des licences retenues par les Britanniques

Les pêcheurs français attendent toujours les licences délivrées par le Royaume-Uni. Ces documents précieux leurs permettent d'accéder aux eaux plus poissonneuses du côté britannique de la Manche. Plus de quatre mois après la fin des négociations sur le Brexit à Boulogne-sur-Mer, premier port de pêche français, seuls 22 bateaux sur 120 ont obtenu la licence. "Les Anglais mettent des critères bloquants, tout simplement pour éviter d'en distribuer. Il faut notamment prouver de manière électronique que les bateaux étaient dans les eaux britanniques entre 2012 et 2016", décrit Olivier Leprêtre, le président du Comité régional des pêches.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Il n'y a plus un poisson"

Pour Olivier Leprêtre c’est "un véritable problème". Tous les bateaux qui ne peuvent pas accéder à cette zone d’une vingtaine de kilomètres où les poissons sont rois pêchent désormais dans les eaux françaises. Résultat : "il n'y a plus un poisson", soupire le président du Comité régional des pêches.

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

La Franc...


Lire la suite sur Europe1