Brexit : la France ne veut pas "se voir imposer de nouveaux critères" pour les licences de pêche

·1 min de lecture

La France va s'entretenir avec la Commission européenne lundi 3 mai concernant l'accord post-Brexit qui doit délivrer des autorisations de pêche aux navires français. Elle a regretté des conditions "non prévues" la veille : "Le dialogue avec les autorités britanniques doit se poursuivre selon les termes prévus par l'accord de commerce et de coopération, il ne saurait être question de se voir imposer de nouveaux critères qui viennent perturber la lisibilité et la cohérence de nos actions", a fait valoir, dans un communiqué, la ministre française de la Mer Annick Girardin. L'accord post-Brexit prévoit une période de transition jusqu'à l'été 2026, date à partir de laquelle les pêcheurs européens renonceront à 25% des captures dans les eaux britanniques.

Les pêcheurs de l'Union européenne conservent jusqu'à cette date un accès garanti aux zones situées entre 6 et 12 milles marins au large des côtes britanniques, où ils se rendaient traditionnellement. Pour obtenir cette autorisation, les navires doivent toutefois démontrer aux autorités britanniques qu'ils pêchaient déjà dans cette zone sur la période de référence 2012-2016. Et des crispations ont ressurgi ces derniers jours, des pêcheurs se plaignant de la lenteur de Londres à leur délivrer des licences.

>> A lire aussi - Brexit : les pêcheurs français attendent encore leurs licences pour accéder aux eaux britanniques

Pour les eaux de Jersey, le Royaume-Uni vient de publier une liste de 41 navires équipés de "Vessel Monitoring System" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le XVIe arrondissement vent debout contre un projet de HLM, le vaccin AstraZeneca peut-être à l'origine du décès d'un étudiant, le compteur Linky fait encore des mécontents... Le flash éco du jour
Bras de fer judiciaire entre une mairie et l’installateur de compteurs Linky
Le vaccin Pfizer inquiète après cinq cas de myocardite
Le lien entre le décès d’un étudiant nantais et le vaccin AstraZeneca se précise
Macron espère "un nouveau modèle de prospérité" post-Covid