Brexit : "Fermer les portes et bloquer les arrivées dans le pays, ça va ralentir l'économie", redoute David, un Français installé à Londres depuis 30 ans

franceinfo
·1 min de lecture

Le Brexit c’est aussi la fin d’une liberté de circulation et d’installation dont ont profité de nombreux étrangers, dont des Français. Il n'y a pas que le programme d'échanges universitaires Erasmus qui s'arrête, dorénavant pour venir s’installer et travailler en Angleterre, il faudra tout d'abord un contrat de travail et un salaire minimum, environ 28 000 euros par an, pour espérer obtenir les 70 points nécessaires au nouveau visa. L’expérience qu’a vécue David Rouland, un Français vivant à Londres depuis 30 ans, ne serait plus aujourd’hui possible.

"On rentrait dans un établissement où on pensait qu’il y avait peut-être un boulot, on demandait à voir le manager, on lui demandait s’il avait besoin de personnel, souvent il disait oui et on commençait le lendemain", explique-t-il. "Le fait de fermer les portes et de bloquer les arrivées dans le pays, ça va ralentir l’économie et les innovations", raconte David un peu amer après la sortie des Britanniques de l'Europe, "personnellement je me suis bien sûr épanoui mais je pense avoir aussi contribué à l’économie du pays."

"Ça va être très dur", maintenant de s'installer au Royaume-Uni

David Rouland c’est une histoire d’amour avec le pays de Charles Dickens qui a démarré en 1991. Il y est arrivé pour apprendre l’anglais. Il tombe sous le charme de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi