Brexit : comment les entreprises françaises s'adaptent aux nouvelles formalités douanières

On en parlait depuis plusieurs années, cette fois c'est fait : depuis le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni ne fait officiellement plus partie de l'Union européenne. Dans les faits, cela signifie que les frontières sont rétablies abolissant du même coup le libre échange des marchandises entre les pays de l'Union et le Royaume-Uni. Désormais, pour exporter ou importer des produits de part et d'autre de la Manche, il faut se munir d'un certain nombre de documents et surtout, de patience !Le #Brexit, c'est parti ! La nouvelle frontière est rétablie. Vous devez remplir les nouvelles formalités douanières afin de traverser la frontière en toute tranquillité. Consultez notre site internet pour plus d'infos : https://t.co/MjtXHwfkd1 pic.twitter.com/5MJqexjoXa — Direction générale des douanes et droits indirects (@douane_france) January 1, 2021Si, grâce à l'accord signé à la dernière minute entre les autorités britanniques et européennes, les droits de douane n'ont pas été rétablis, il faut désormais déclarer tous les échanges de marchandises entre l'UE et le Royaume-Uni. Provenance, nature, normes appliquées... doivent figurer sur un document muni d'un code barre que les transporteurs ont l'obligation de présenter aux douanes. Un document qui nécessite de l'anticipation de la part des entreprises parfois prises de court. Des "équipes Brexit" au sein des entreprises Chez Noyon, entreprise de transport et logistique normande, on a mis en place une équipe Brexit pour faire face au surplus de paperasse engendré par le Brexit. Sept personnes y travaillent à plein temps. Leur mission : faciliter les démarches administratives à leurs clients. Mais même avec cette aide précieuse, les retards se multiplient. Des camions sont bloqués, des heures voire des jours, à la douane. Une situation encore aggravée par la situation sanitaire et la circulation de plus en plus active du variant anglais du Covid-19.