Brexit enclenché : l'Europe veut protéger ses intérêts

France 3

Alors que la procédure du

Brexit a été enclenchée ce mercredi 29 mars, les dirigeants européens ont affiché leur volonté de continuer à travailler avec Londres (Royaume-Uni), tout en prévenant que la suite ne serait pas facile à gérer. "L'Europe fait preuve de fermeté, mais avec un brin de tristesse. 'Ce n'est pas un jour heureux pour Londres et Bruxelles', a déclaré le président du Conseil européen Donald Tusk cet après-midi. Il ajoute que 'cet accord ne pourra que limiter les dégâts pour les entreprises'", explique Pascal Verdeau, en direct de Bruxelles (Belgique).

Rapatriement de l'Agence européenne des médicaments

Ce divorce provoquera une facture salée pour le Royaume-Uni : entre 50 et 60 milliards d'euros qui correspondent aux engagements britanniques dans le budget européen. "Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Europe, assure qu'il ne s'agit pas d'une punition. 'Nous discuterons sans naïveté et sans agressivité', a-t-il assuré. Mais il faudra séparer les meubles comme dans tout divorce. Il faudra par exemple rapatrier l'Agence européenne des médicaments qui se trouve à Londres", conclut le journaliste.

Retrouvez cet article sur Francetv info

En direct du monde. Tunisie : Mobilisation contre la circulaire qui interdit aux femmes de se marier avec des non musulmans
"Je n'ai jamais perdu espoir" : un pêcheur philippin secouru après avoir dérivé près de deux mois en mer
Le brief éco. Brexit : un mauvais coup pour les pêcheurs français
Consommation de cuisses de grenouilles : le Muséum national d'histoire naturelle tire la sonnette d'alarme
Etats-Unis : Ivanka Trump, conseillère de son père, devient employée fédérale

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages