Brexit: le coup de gueule d'un chef étoilé français menacé de quitter le Royaume-Uni

Le HuffPost avec AFP
The European Union and UK flags flying outside tje House of Parliament in London as part of a Brexit protest

BREXIT - Les autorités britanniques ont refusé le statut de résident permanent au chef français d’un restaurant étoilé de Londres, Claude Bosi, qui a regretté vendredi 24 janvier de ne plus se sentir “le bienvenu” après le Brexit au Royaume-Uni où il vit depuis plus de 20 ans.

Claude Bosi, chef du restaurant gastronomique Bibendum, deux étoiles au Michelin, a publié sur son compte Instagram la lettre du Home office lui signifiant ce refus (voir la photo ci-dessous), qui illustre les inquiétudes de certains citoyens européens sur leur avenir au Royaume-Uni après la sortie de l’Union européenne.

“Cela fait 23 ans que je vis ici et ils me disent ‘en fait, on ne veut pas de vous’”, a témoigné auprès de l’AFP Claude Bosi. Il lui a été signifié qu’il manquait trois avis d’imposition pour que sa demande aboutisse et qu’il avait quatorze jours pour faire une nouvelle demande.

Contacté par l’AFP, un porte-parole du Home office a précisé que Claude Bosi n’était pas passé par cette procédure mais avait “demandé un document de permanent résident - quelque chose qui n’est pas requis ou recommandé pour les citoyens européens vivant au Royaume-Uni”.

“Sa demande de résidence permanente a échoué car il n’a pas fourni suffisamment de preuves pour montrer qu’il remplissait les critères”, a ajouté ce porte-parole. Il a précisé que le restaurateur avait été encouragé à faire une nouvelle démarche pour obtenir cette fois le “settled status”, qui a déjà été accordé à 2,5 millions de personnes.

“Les choses devraient rentrer dans l’ordre”

Toutefois, selon des déclarations du chef cuisinier auprès du Parisien ce samedi 25 janvier, la situation devrait rentrer dans l’ordre. Agacé par la situation, Claude Bosi avait en effet publié un message sur son compte Twitter, suivi par plus de 24.000 abonnés.

Peu de temps après, un agent du Home office l’a contacté directement pour calmer le jeu. “Il faut...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post