Brexit: Boris Johnson signe l'accord historique

·2 min de lecture

Le compromis de 1.246 pages, annoncé la veille de Noël pour éviter le choc économique d'un "no deal", pourra entrer en vigueur jeudi à 23H00, heures de Londres et GMT (minuit à Bruxelles), quand le Royaume-Uni mettra un terme à 47 ans d'intégration européenne.

A la veille de la sortie du Royaume-Uni du marché unique européen, le Premier ministre britannique Boris Johnson et les dirigeants de l'Union européenne ont signé mercredi l'accord post-Brexit conclu pour encadrer la rupture historique.

Le compromis de 1.246 pages, annoncé la veille de Noël pour éviter le choc économique d'un "no deal", pourra entrer en vigueur jeudi à 23H00, heures de Londres et GMT (minuit à Bruxelles), quand le Royaume-Uni mettra un terme à 47 ans d'intégration européenne.

Lire aussi : Brexit : l'Europe se prépare au choc

"Ce n'est pas la fin" mais "le début d'une merveilleuse relation entre le Royaume-Uni et nos amis et partenaires de l'Union européenne", a assuré Boris Johnson après avoir paraphé le document, levant les deux pouces en l'air devant les caméras.

Le texte avait été signé dans la matinée par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et son homologue du Conseil européen (institution représentant les Etats membres) Charles Michel, tout sourire, avant de traverser la Manche à bord d'un avion de la Royal Air Force.

"Cela a été un long chemin. Il est temps désormais de laisser le Brexit derrière nous. Notre avenir se construit en Europe", a commenté la cheffe de l'exécutif européen sur Twitter. Charles Michel a salué "un accord juste et équilibré" et s'est félicité de "l'unité sans précédent" démontrée par les Vingt-Sept dans les négociations.

L'application de l'accord de libre-échange, fruit de difficiles négociations, reste toutefois provisoire, en attendant le vote des eurodéputés - dont l'approbation est nécessaire à la ratification - qui n'interviendra qu'au premier trimestre 2021.

Côté britannique, tout doit être bouclé mercredi. Dégageant le terrain, les députés(...)


Lire la suite sur Paris Match