Brexit: Barclays plaide pour un ancrage de la City aux USA et en Asie et non dans l'UE

·2 min de lecture
BREXIT: BARCLAYS PLAIDE POUR UN ANCRAGE DE LA CITY AUX USA ET EN ASIE ET NON DANS L'UE

LONDRES (Reuters) - Le secteur financier britannique doit chercher à renforcer sa position de leader dans la finance internationale après le Brexit en remportant des marchés aux Etats-Unis et en Asie plutôt que dans l'Union européenne, a déclaré le directeur général de la banque britannique Barclays, Jes Staley.

Même si Londres est le seul centre financier mondial capable de rivaliser avec New York, la place londonienne a perdu des pans d'activités et d'emplois depuis le vote en 2016 en faveur d'une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne. En outre dans le cadre des accords post-Brexit avec l'UE, les services financiers ont été les grands oubliés des négociations du divorce avec le bloc.

"Je pense que ce sur quoi Londres doit se concentrer n'est pas Francfort ou Paris, [elle] doit se concentrer sur New York et Singapour", a déclaré à la BBC Jes Staley, qui a été également banquier chez JPMorgan.

Dans une enquête publiée en septembre sur le classement des centres financiers mondiaux, New York occupe toujours la première place dans le Global Financial Centres Index, suivie de Londres en deuxième position.

Même si le trading en euros et de certains produits dérivés est désormais réalisé dans d'autres centres européens à la suite du Brexit, aucun concurrent sérieux européen n'a émergé au point de devenir dominant si bien que Londres considère New York, Shanghai, Tokyo, Hong Kong et Singapour comme ses véritables rivaux.

"Ce dont le Royaume-Uni a besoin et ce dont Londres a besoin, c'est de faire en sorte que la City soit l'une des meilleures places, que ce soit [en termes de] réglementation ou de loi ou de langue, ou de talent", a insisté le patron de Barclays.

Barclays emploie environ 50.000 personnes au Royaume-Uni, quelque 20.000 personnes en dehors du Royaume-Uni et 10.000 autres aux Etats-Unis. Londres reste le centre principal du groupe, même si certaines activités ont été transférées ailleurs.

(Guy Faulconbridge; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)