Le Brexit annule le traité de Granville qui autorisait la pêche dans les îles anglo-normandes depuis 20 ans

C'est une conséquence collatérale du Brexit : l'accord de la baie de Granville qui gère depuis 20 ans l'accès aux zones de pêches dans les eaux anglo-normandes sera caduc au 1er janvier.Le Brexit annule le traité localCe traité local, signé en juillet 2000, posait les bases de la cohabitation dans les zones de pêche entre les pêcheurs de l’île de Jersey et les Normands. Le gouvernement de Jersey a annoncé qu’il lui appartenait désormais de réguler les autorisations de la pêche dans ses eaux. Une situation qui inquiète les pêcheurs de la côté ouest de la Manche. "Le traité de Granville part avec l'eau du bain. L'article 19 stipule que le Brexit supplante et remplace n'importe quel traité existant", précise le géographe Christian Fleury.Des licences accordées par JerseyConcrètement, les bateaux français pourront toujours accèder aux eaux de l'ile anglo-normande mais désormais les licences seront directement attribuées par Jersey. Vingt ans après la signature du traité de Granville, il va falloir reconstruire de zéro une relation durable entre pêcheurs des deux côtes. "Le traité disparaît, nos réglementations normandes dans les eaux de Jersey disparaissent avec. Il va falloir que l'on trouve une articulation pour gérer ces zones avec les Jersiais", analyse Eric Leguelinel du comité régional des pêches.