Brexit: 6 mois après, touristes et citoyens européens en paient les pots cassés

·1 min de lecture
Une manifestation devant le parlement britannique contre le Brexit, à Londres, le 25 mars 2017 (Photo: DANIEL LEAL-OLIVAS via AFP)
Une manifestation devant le parlement britannique contre le Brexit, à Londres, le 25 mars 2017 (Photo: DANIEL LEAL-OLIVAS via AFP)

ROYAUME-UNI - La Manche a un peu pris l’eau. Six mois après l’entrée en vigueur officielle de l’accord de Brexit, signé le 24 décembre, de nombreux Européens se débattent sur le territoire britannique, qu’ils soient simples visiteurs où expatriés au royaume de Sa Majesté.

Outre les enjeux autour de la pêche, des frontières nord-irlandaises, ou ce qui a récemment été surnommé “la guerre de la saucisse”, la sortie de l’Union européenne a mis un terme à la liberté de circulation des personnes et a donc compliqué les impératifs administratifs, en plus de ceux induits par l’épidémie de Covid-19.

Des citoyens européens en détention

Une montée des eaux au point qu’à la fin du printemps, le ton est monté entre le ministre britannique de l’Immigration, Kevin Foster, et plusieurs pays et ambassades européennes. Au coeur des tensions, le sort réservé à des voyageurs européens arrivant outre-Manche.

Selon les chiffres dévoilés fin mars par le Home Office, près de 3300 citoyens européens se sont vus refuser l’entrée sur le territoire britannique au premier trimestre 2021, soit presque quatre fois plus qu’au premier trimestre 2019. Un effet direct du Brexit.

Évolution du nombre de voyageurs européens qui se sont vus refuser l'entrée au Royaume-Uni entre le premier trimestre 2014 et le premier trimestre 2021<i></i><i></i> (Photo: Home Office/HuffPost)
Évolution du nombre de voyageurs européens qui se sont vus refuser l'entrée au Royaume-Uni entre le premier trimestre 2014 et le premier trimestre 2021 (Photo: Home Office/HuffPost)

Nonobstant les restrictions imposées par le Covid-19, les citoyens européens peuvent se rendre au Royaume-Uni sans visa en tant que touriste et pour des voyages limités à 90 jours. Il leur est également possible de participer ”à un large éventail d’activités, y compris des activités liées aux affaires telles que des réunions, des événements et des conférences”, déta...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles