Brexit : Les étudiants étrangers pourront rester au Royaume-Uni deux ans après leur diplôme

20 Minutes avec AFP

ETUDES - « Nous prévoyons d’augmenter le nombre des étudiants étrangers de 30 %, pour arriver à 600.000 d’ici à 2030 », a précisé la ministre des Entreprises et de l’Industrie

Pour retenir les « meilleurs talents » après le Brexit, le Royaume-Uni va permettre aux étudiants étrangers de rester deux ans sur son territoire une fois leur diplôme obtenu, a annoncé le gouvernement britannique ce mercredi.

Il s’agit ainsi de « recruter et garder les meilleurs talents internationaux », mais également de favoriser de « futures avancées dans les sciences, la technologie, la recherche », a déclaré Andrea Leadsom, la ministre des Entreprises et de l’Industrie, au micro de la BBC.

« Ce sera au gouvernement de définir notre politique migratoire »

« Nous prévoyons d’augmenter le nombre des étudiants étrangers de 30 %, pour arriver à 600.000 d’ici à 2030 », a précisé Andrea Leadsom, « et l’un des moyens d’y parvenir est de leur permettre de travailler deux ans après l’obtention de leur diplôme, car c’est dans l’intérêt du Royaume-Uni d’attirer les meilleurs et les plus brillants du monde entier ».

La ministre a insisté sur « l’ambition » de son pays après le Brexit : « En quittant l’Union européenne, ce sera au gouvernement de définir notre politique migratoire », a-t-elle poursuivi, soulignant que « plutôt que d’être ouvert à la seule libre circulation avec l’UE, le Royaume-Uni va pouvoir profiter d’un vivier de talents mondial. C’est pour nous un avantage formidable ». Actuellement, les étudiants étrangers peuvent rester jusqu’à quatre mois après la fin de leur parcours. Ces nouvelles règles doivent entrer en vigueur pour les étudiants qui commenceront leur cursus l’année prochaine.

(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Enseignement supérieur : Le nombre d’étudiants étrangers non-européens augmente en France
Le coût de la rentrée «trop élevé» pour démocratiser l'accès aux universités
Comment les frais d'inscriptions pour les étudiants étrangers vont-ils évoluer?