Brevet reporté : les 4 questions que l’on se pose

Christel Brigaudeau
Les épreuves auront lieu lundi 1er et mardi 2 juillet

Le gouvernement a décidé de décaler l’examen de fin de 3e en raison du pic de chaleur. Voici les réponses aux interrogations des familles.

Inédite, la décision du gouvernement de chambouler l’agenda scolaire pour des raisons climatiques a, dès son annonce, suscité une avalanche de questions de la part des familles ce lundi.

Que va-t-il se passer au primaire ?

Les écoles, en principe, restent ouvertes : le ministre de l’Education nationale n’a pas acté leur fermeture jeudi et vendredi. Une manière d’épargner aux parents le casse-tête d’une solution de garde, à trouver au débotté en trois jours. Cependant, localement, les inspections académiques ou les préfets pourront décider de fermer certains sites jugés particulièrement chauds.

De manière informelle, il arrive aussi que les enseignants proposent aux parents de garder leurs enfants à la maison. « Nous le faisons depuis des années », rapporte Sandra, institutrice en CE2 dans une école lyonnaise de 10 classes. Dans les locaux, de type Pailleron, aussi chauds que des préfabriqués, le mercure a déjà dépassé les 31 °C ce lundi midi, malgré les ventilateurs fournis par la mairie.

Les écoliers ont depuis longtemps pris l’habitude de glisser dans leur cartable une bouteille d’eau. « Dans la cour, on a seulement deux arbres qui font de l’ombre… pour 240 enfants, calcule Sandra. On va être obligés de sortir un jet d’eau dans la cour. »

Et si je l’ai déjà au contrôle continu ?

La fédération des parents d’élèves FCPE, consultée lundi matin par le ministère de l’Education, a bien proposé d’aménager cette année l’examen, « en faisant passer normalement les épreuves du matin, et en prenant pour le reste les notes du contrôle continu », explique son président, Rodrigo Arenas. Il n’a pas eu gain de cause : les modalités du brevet restent inchangées.

Pour valider leur diplôme, même ceux qui ont déjà le nombre de points suffisants par le contrôle continu doivent se présenter aux épreuves finales. Une règle d’autant plus mal acceptée que le (...)

Lire la suite sur LeParisien.fr

Cette vidéo peut également vous intéresser :