Bretagne : Enfin ! Le phare maudit de Tévennec sera rénové et sauvé d’une mort assurée

Loïc Venance / AFP

PATRIMOINE - Parfois décrite comme « une anomalie », cette maison feu située au large du Finistère a rendu fou plusieurs gardiens avant d'être automatisée

C’est un bout de caillou planté à quelques kilomètres au large de la pointe sud du Finistère. Abandonné pendant plus de cent ans, le phare de Tévennec avait retrouvé un peu de vie quand un passionné avait décidé d’y passer deux mois. C’était en 2016 et l’état des bâtiments s’avérait déjà préoccupant selon les témoignages de Marc Pointud.

Depuis, le président de la Société nationale pour le patrimoine des phares et balises n’a cessé de se battre pour obtenir des financements et remettre en ordre cette « maison feu » souvent considérée comme une anomalie. Alors que ses illustres voisins de la Vieille ou de l’île de Sein culminent à plusieurs dizaines de mètres de haut, Tévennec n’est qu’une modeste maison, régulièrement balayée par les vents et les vagues. Un lieu que certains ont décrit comme maudit et qui a rendu fou plus d’un gardien. A l’abandon depuis son automatisation en 1910, le bâtiment va enfin faire l’objet de travaux de rénovation et le sauver d’une mort assurée.

« Le phare suinte, il est en train de décrépir »

L’an dernier, l’artiste électro Molecule avait passé cinq jours à l’intérieur de ce bâtiment mythique et mystique pour en sortir un album conceptuel. Voici la description qu’il en faisait : « Les bois(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Bretagne : Trop de gastro dans l’eau… Les coquillages malades des défaillances humaines
Très critiqué, le parc éolien de Saint-Brieuc accumule les difficultés
Fondation du patrimoine : Sauvé de la noyade, le moulin du Boël fait de nouveau tourner les têtes en Bretagne

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles