Bretagne : Dix organisations agricoles se portent partie civile après l’attaque d’un train de céréales

GASPILLAGE - En mars 2022, plusieurs tonnes de blé avaient été déversées sur les voies lors de l’attaque d’un train de marchandises près de Pontivy (Morbihan)

C’était il y a six mois jour pour jour. Le 19 mars, des militants du collectif « Bretagne contre les fermes usines » stoppaient un train de marchandises entre Saint-Gérand et Noyal-Pontivy, dans le Morbihan. Une action prévue et revendiquée qui devait dénoncer les dérives de l’agro-industrie en Bretagne et débouchait sur le déversement de centaines de tonnes de blé sur les voies. « Cet acte de gaspillage alimentaire est scandaleux au moment même où la France doit consolider sa capacité de production nourricière dans un contexte international difficile », dénonçait la préfecture. Réalisée un mois après le début de la guerre en Ukraine, cette action avait été condamnée de toute part. L’enquête ouverte par le parquet de Lorient avait débouché sur l’interpellation et la mise en examen de quatre personnes.

Lundi 19 septembre, dix organisations agricoles dont la FNSEA et Intercéréales ont annoncé qu’elles se portaient partie civile dans cette affaire « en soutien aux entreprises victimes de l’attaque ». Dans un communiqué, la Coopération agricole entend « rappeler, dans l’attente du verdict qui sera prononcé à l’issue du procès, qu’aucun acte de destruction volontaire de ressources agricoles et alimentaires ne doit être laissé sans une réponse fe(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Développer les transports en Europe et préserver la biodiversité… L’équation impossible ?
Des insectes aux légumineuses, la science réfléchit déjà à nos futurs systèmes alimentaires
Patrimoine immatériel de l’Unesco : La bretzel bientôt distinguée, tout bénéf' pour l’Alsace ?