De Bretagne en Auvergne, une quarantaine de lieux culturels ont participé à l’opération "théâtres ouverts"

Véronique Dalmaz
·1 min de lecture

A bout, après des mois de fermeture, ils ont, ce samedi 30 janvier, désobéi en accueillant pendant une heure du public dans le strict respect des règles sanitaires. Ces professionnels du spectacle tiennent des théâtres à Avignon, au Havre, près de Rennes ou de Clermont-Ferrand. Nous les avons rencontrés.

La police en comité d'accueil

A Avignon, au théâtre de l'Oulle, la vingtaine de spectateurs, qui espérait enfin assister à un spectacle a été accueilli par la police. Les autorités ont bloqué l’entrée du théâtre empêchant le public d’entrer. Sur place, Laurent Rochut, qui est à l’initiative de l’opération national "théâtres ouverts" ne mâchent pas ses mots devant la presse. "On est tous en train de se demander si le festival d’Avignon aura lieu mais ce n’est plus le sujet. Le problème aujourd’hui, c’est combien de compagnies seront encore vivantes en juillet ?", s’inquiète le directeur de la Factory.

Une fronde en vers et en prose

Près de Rennes, sur la scène de la Station Théâtre de La Mézière, six comédiens ont à tour de rôle lu des poèmes pendant une heure devant 70 personnes. Une représentation en public avec masques, distanciation sociale et gestes barrières. "Je ne sais pas les risques qu’on encourt, peut-être des amendes. Mais on fait une oeuvre de salubrité et de santé mentale, émotionnelle, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi