En Bretagne, 50 pharmacies testent un dispositif pour désengorger les urgences

Et si c'était la solution face aux déserts médicaux ? En Bretagne, une cinquantaine de pharmaciens prennent en charge les petits problèmes de santé du quotidien, précisément 13 pathologies, qui vont des maux de tête aux brûlures, par exemple. Objectif : désengorger les cabinets des généralistes , mais aussi les urgences. Voilà deux ou trois jours que Cécilia ressent des douleurs à la gorge, elle se rend donc dans une pharmacie de Lorient. Ces gênes ne sont pas dramatiques, mais elles ne sont évidemment pas agréables. "J'ai vraiment mal quand j'avale", confirme la Bretonne.

>> LIRE AUSSI - Désengorgement des urgences, lutte contre les déserts médicaux... Le miracle des maisons de santé n'a pas eu lieu

Face à elle, Véronique Prié, qui lui pose une série de questions dans un ordre bien précis : "Est-ce que vous avez de la fièvre ? Vous toussez aussi un petit peu ?" L'objectif de cet échange ? Déterminer si le cas de Cécilia relève de la médecine ou uniquement de la pharmacologie. Autrement dit, "si c'est une angine virale, je peux vous prodiguer des conseils, mais si c'est bactérien, ce sera un médecin", détaille la pharmacienne.

Limiter la bobologie aux pharmacies

Sur son écran, Véronique Prié coche des cases et un logiciel lui précise alors la marche à suivre en fonction des réponses. En 15 minutes, un avis est rendu. "C'est une angine virale, donc ça ne nécessite pas d'aller chez le médecin", annonce la pharmacienne. Pour Cécilia, c'est un vrai soulagement : "Ça f...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles