Ils bravent un incendie et sauvent… un fantôme

·2 min de lecture
DR

À Altamira, au Mexique, les voisins d’un appartement en flammes sont convaincus d’avoir sauvé… un fantôme. 

C’est au milieu de la nuit, vers 4 heures du matin, qu’un incendie s’est déclaré dans un appartement situé au deuxième étage d’un petit immeuble de la rue Golondrinas, à Altamira. L’épaisse fumée noire s’échappant de la fenêtre donnant sur la rue et les cris de terreur d’une femme ont rapidement alerté le voisinage. Plusieurs personnes se sont alors précipitées sur les lieux du sinistre pour porter secours à l’habitante en détresse. Après avoir forcé la porte de l’appartement, ils sont parvenus à extraire une femme menacée par les flammes et à la conduire jusqu’à la rue en attendant l’arrivée des pompiers.

Lire aussi:Lieux, âge, sexe… Une étude recense les fantômes américains

C’est alors que les évènements ont pris une tournure étrange. Au bout de quelques instants, les sauveteurs improvisés se sont rendus compte que la femme qu’ils venaient de sauver avait purement et simplement disparu. Plus inquiétant encore, d’autres habitants de la résidence leur ont assuré que l’appartement était inhabité depuis des mois. Une fois l’incendie éteint, le groupe de voisins a voulu en avoir le coeur net en retournant dans l’appartement auquel, étant donné les circonstances, ils n’avaient pu jeter qu’un bref coup d’oeil. Il n’y ont trouvé qu’un miroir, une bassine et une table de nuit carbonisée. Mais aucun mobilier ou affaires personnelles pouvant indiquer que quelqu’un avait vécu ici. Depuis, les habitants de la rue sont partagés: s’agissait-il d’une occupante illégale qui, une fois hors de danger, a préféré s’enfuir pour éviter d’avoir affaire à la police ? Ou bien ont-ils risqué leur vie pour sauver quelqu’un de déjà mort ?

Lire aussi:Harcelé par un fantôme, un couple demande a être relogé


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles