«A bras ouverts», le pire contre-attaque

Libération.fr

Au début de l’année, les lieutenants de Marine Le Pen avaient donné de la voix pour s’indigner sur la foi d’une bande-annonce qu’un film, Chez nous de Lucas Belvaux, puisse s’attaquer de façon guère déguisée à leur parti et ses méthodes, avec l’appui, notamment, d’un préachat de France Télévisions. «Je trouve ça proprement scandaleux qu’en pleine campagne présidentielle, à deux mois du vote, on sorte dans les salles françaises un film qui est clairement anti-FN», s’était indigné Florian Philippot, jugeant même que c’était là «s’abîmer» que de prendre part à pareil pamphlet : «Pourquoi ? […] Pour une petite médaille en chocolat ? Pour service rendu au système ?» Cela avant de proposer de «mettre le budget de ce film sur les comptes de campagne de [ses] adversaires».

Ce n’est pourtant pas l’humanisme qui étouffe l’ordinaire des grosses comédies gauloises, dont la domination s’exerce sur le box-office national. Et heureusement, d’autres chaînes de télé sont là pour damer le pion dudit «système», rétablissant ainsi un peu de pluralisme idéologique dans le trop purulemment gauchiste cinéma français. Très confortablement financé et distribué par le groupe M6 notamment, A bras ouverts est sorti en salles mercredi sur plus de 600 écrans - presque trois fois plus que Chez nous -, à trois semaines du premier tour, et l’on n’a pour l’heure pas entendu de voix s’élever au FN pour proposer de prendre les 17,2 millions d’euros de budget estimé à son compte. Sous couvert de farce, le film de Philippe de Chauveron, après le mégacarton Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, paraît pourtant illustrer trait pour trait la xénophobie et les fantasmes entretenus par les imprécations du parti d’extrême droite, tant vis-à-vis des élites intellectuelles, médiatiques et artistiques que - et c’est autrement plus grave - vis-à-vis de la communauté rom. Jusqu’à faire bramer à Elsa Zylberstein le slogan maison : «On est chez nous !» Le film relate comment un essayiste et grand bourgeois de gauche (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Kechiche n'ira pas à Cannes
Série
Politiques frictions au Cinéma du réel
Vaine «Consolation»
Disparition

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages