Bras de fer judiciaire entre une mairie et l’installateur de compteurs Linky

·1 min de lecture

Les compteurs électriques Linky ne font toujours pas l’unanimité. Dans la petite commune de Barsac, en Gironde, le maire, Dominique Cavaillols, a engagé un véritable bras de fer avec Enedis au sujet de l’installation de ces petits boîtiers jaunes. Le 15 avril, l’édile a déclaré, à l’occasion d’un conseil municipal que "les gens ont encore le droit de choisir" s’ils souhaitent ou non être détenteurs d’un compteur Linky. Une délibération avait été votée quelques mois plus tôt, le 19 octobre 2020, mentionnant "qu’aucun compteur communicant ne pourrait être installé contre la volonté des habitants du logement concerné", rapportent nos confrères de Actu.fr.

Mais, coup de théâtre : le 17 décembre, "le sous-préfet a demandé de retirer cette délibération dans la mesure où la commune ne s’occupe pas de la distribution d’électricité et de gaz", vitupère le maire de Barsac. Quelques semaines plus tard, le 18 janvier 2021, Enedis appuie la demande du sous-préfet et demande également le retrait de cette délibération. La filiale d’EDF souhaite tout simplement, fait-elle savoir, remplir "sa mission de service public", à savoir poser, entretenir et renouveler les compteurs électriques.

>> A lire aussi - Linky : une septuagénaire accuse Enedis de la harceler pour poser le compteur

Mais la Mairie n’entend pas obtempérer. Enedis décide de ne pas en rester là et mène l’affaire devant le tribunal administratif. Face à cette escalade, le conseil municipal a pris la décision de voter le retrait de la (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le vaccin Pfizer inquiète après cinq cas de myocardite
Le lien entre le décès d’un étudiant nantais et le vaccin AstraZeneca se précise
Macron espère "un nouveau modèle de prospérité" post-Covid
Quelles pathologies permettent de se faire vacciner à tout âge dès le 1er mai ?
Cluster et suspicion de variant indien dans un navire amarré au Havre