Bras de fer entre la justice italienne et Matteo Salvini

La justice italienne autorise le navire Open Arms à s’approcher de Lampedusa. Une décision qui suspend le décret du ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, qui interdisait au bateau d’accéder aux eaux territoriales.

Une victoire pour l’ONG espagnole, propriétaire du navire, sur lequel se trouve 147 migrants.

"Nous avons renversé le décret de Matteo Salvini qui nous interdisait d'entrer dans les eaux italiennes sous peine de voir notre bateau confisqué. Nous pouvons entrer dans les eaux italiennes sans crainte d'amende ni de confiscation de notre bateau (...) Il a été décidé que l’on doit débarquer mais sans que le nom d’un port a été précisé. Donc il appartient maintenant au gouvernement italien de répondre à sa justice" , a réagi le fondateur d'Open Arms, Òscar Camps.

Mais face à la décision de la justice, Matteo Salvini, souhaite un recours et promet un nouveau décret :

"Pensez juste au pays étrange dans lequel nous vivons : un juge d'un tribunal administratif de la région romaine veut donner le feu vert à un navire étranger, rempli de migrants, pour débarquer en Italie. Dans les prochaines heures, je signerai un nouveau mandat pour faire part de mon refus, parce que je ne veux pas être complice des trafiquants d'êtres humains" , a commenté Matteo Salvini.

En plus du navire Open Arms, c’est un autre bateau, l’Ocean Viking, qui est à la recherche d’un port sûr en Méditerranée, avec 350 migrants à son bord.