Bras de fer entre la junte et la Cédéao : la transition impossible au Mali ?

·1 min de lecture

La Cédéao et l'Union économique et monétaire ouest-africaine ont frappé fort dimanche en prenant de lourdes sanctions contre le Mali : gel des avoirs au sein de la banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest, fermeture des frontières avec les États membres, suspension des transactions et retrait des ambassadeurs. L'objectif est de faire pression sur la junte qui a proposé une prolongation de la transition politique de 4 ans, un délai jugé "inacceptable" par les pays d'Afrique de l'Ouest.

La junte malienne a condamné "énergiquement" les sanctions "illégales", a rappelé ses ambassadeurs en Afrique de l'Ouest et a fermé ses frontières terrestres et aériennes avec les pays de la Cédéao. Cette région de l'Afrique se croyait débarrassée des putschs. Mais en moins de 18 mois, elle a vu deux jeunes officiers renverser de vieux présidents "élus", au Mali puis en Guinée. Quel sera l'impact de ces sanctions au Mali ? La junte va-t-elle céder à la pression ? Quid de la Guinée et du Tchad? Les transitions dans cette région vont-elles se transformer en dictatures ?


Lire la suite

Lire aussi:
Après les sanctions de la Cédéao, le Mali rappelle ses ambassadeurs et ferme ses frontières
Transition au Mali : la Cédéao joue “sa crédibilité et sa légitimité”
La Cédéao adopte des sanctions "très dures" contre la junte au pouvoir au Mali

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles