Le bras de fer entre Facebook et le gouvernement australien s'intensifie

·2 min de lecture

Google a cédé dans le duel qui oppose les géants du net à l'Australie. Mais, Facebook ne cède pas un pouce de terrain. Le géant des réseaux sociaux va mettre ses menaces à exécution en représailles à un projet de loi qui veut forcer les plateformes à rémunérer les médias pour la reprise de leurs contenus. L'entreprise va restreindre le partage de contenu des médias. "Nous faisons face à un choix désagréable : essayer de nous conformer à une loi qui ignore les réalités de la relation (entre le réseau et les éditeurs), ou bien cesser d'autoriser les contenus informatifs sur nos services en Australie", a indiqué le groupe californien dans un communiqué mercredi. "Avec le coeur lourd, nous choisissons la deuxième option".

Le gouvernement australien travaille sur un "code de conduite contraignant" censé gouverner les relations entre des médias traditionnels en difficulté financière et les géants de l'Internet, à commencer par Google et Facebook, qui captent la majorité des recettes publicitaires numériques mondiales. Selon l'annonce de Facebook, ses utilisateurs australiens ne pourront plus voir ni partager de liens d'informations provenant de médias locaux ou internationaux. Les médias australiens, eux, seront empêchés de publier leurs contenus sur des pages de la plateforme. Google avait aussi menacé de suspendre ses services en Australie mais il vient de faire part d'un accord passé avec le groupe de médias de Rupert Murdoch, News Corp -- qui comprend le Wall Street Journal, New York Post, The Times, The Sun, The Australian...

>> A lire aussi - Pourquoi se déconnecter de Facebook et Twitter est bon pour votre santé ?

Le groupe californien a accepté de verser des "sommes significatives" en contrepartie des contenus de ces titres de presse qui apparaîtront sur sa plateforme lancée l'an dernier, News Showcase. Ce "partenariat historique", selon les termes des deux sociétés, va lui permettre d'échapper à l'arbitrage forcé prévu par la future loi en cas d'échec des négociations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le retour d'un investisseur déchu fait grincer des dents au Royaume-Uni
L’OM peut-il vraiment résilier la convention avec les groupes de supporters ?
Fortune : le duel à distance entre Jeff Bezos et Elon Musk se poursuit
La rémunération de 57 députés suppléants fait polémique
Vous avez entre 50 et 64 ans ? Voici comment vous faire vacciner