Bras de fer à Belgrade : Aleksandar Vucic confirme l'interdiction de l'Europride

Les organisateurs de l'Europride maintiennent leur intention de marcher dans les rues de Belgrade mi-septembre malgré l'interdiction annoncée par le gouvernement le week-end dernier.

Les défenseurs des droits LGBT+ disent n'avoir reçu aucun document officiel et espèrent convaincre le pouvoir de revenir sur sa décision.

Marko Mihajlovic, coordinateur de l'Europride : "Il nous reste quinze jours avant la semaine des Fiertés, avant la Pride, et j'espère que l'interdiction ne sera pas une réalité, parce que c'est une défaite totale de l'État de droit et je suis très inquiet de ce que nous allons faire de notre société..."

Des milliers de fidèles orthodoxes ont défilé dimanche à Belgrade contre une éventuelle marche des Fiertés malgré l'annulation des autorités.

Le président serbe avait expliqué la veille que des risques de débordements empêchaient la tenue de l'Europride et Alexandar Vucic prévient maintenant qu'il ne changera pas d'avis.

On ne reviendra pas sur la décision

Aleksandar Vucic, président serbe : "On ne reviendra pas sur la décision. Joseph Biden peut m'appeler moi ou la Première ministre Ana Brnabić. Il peut appeler Poutine, Zelensky, Erdogan : on ne reviendra pas sur cette décision."

En 2001 et 2010, les deux premières marches des fiertés de Belgrade avaient été entachées de violence et depuis le défilé a lieu avec un important dispositif des forces de l'ordre.