Il braque un bureau de tabac, repart en payant avec une carte bancaire

Entré dans un bureau de tabac de Sarlat (Dordogne) pour le braquer, un homme de 21 ans, reconnu par la patronne, s'est finalement ravisé, a enlevé sa cagoule et payé ses cigarettes avec une carte bancaire, a raconté jeudi à l'AFP la buraliste.

Les faits se sont déroulés mardi matin aux alentours de 07H30. "La personne est rentrée avec une cagoule et un pistolet", a relaté à un correspondant de l'AFP Laury Massèdre, propriétaire d'un bureau de tabac du centre de Sarlat, situé à une centaine de mètres des locaux d'une compagnie de gendarmerie.

"Je ne me rappelle plus de ce qu'il m'a dit, mais il venait déterminé. Mais comme je l'ai reconnu, qu'on voyait bien son regard, je lui ai dit +Mais non, je te connais+!" a poursuivi la buraliste, qui n'avait jusque-là jamais été victime de braquage.

"De là, la personne a enlevé sa cagoule pour m'acheter des cigarettes et est repartie comme ça", a ajouté la commerçante, précisant que l'homme avait réglé ses deux paquets de cigarettes avec une carte bancaire.

Selon elle, l'homme n'avait pas dormi "depuis trois ou quatre jours" et se trouvait sous l'emprise de stupéfiants lorsqu'il a tenté de commettre son larcin.

"J'ai du mal à réaliser. J'étais en danger, mais je ne m'en suis pas rendu compte sur le moment", a-t-elle confié.

Jugé en comparution immédiate jeudi après-midi, l'homme, qui a reconnu les faits évoquant une "mauvaise blague", a été condamné à trois ans de prison dont six mois ferme par le tribunal correctionnel de Bergerac. Il a été écroué à l'issue de l'audience.

Devant le tribunal, l'apprenti braqueur a reconnu qu'il était sous l'emprise de la cocaïne au moment des faits et qu'il avait payé ses cigarettes avec la carte bancaire d'un ami dont il avait le code. Selon les éléments dévoilés à l'audience, l'arme utilisée était un pistolet à billes.

"Ca a commencé comme une attaque à main armée et ça se termine presque en gag", a relevé le représentant du parquet qui avait requis trois ans de prison dont un an ferme.

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.