Branle-bas de combat au gouvernement avant la grève du 5 décembre

À J-4 du mouvement contre la réforme des retraites, le gouvernement au grand complet est convoqué par Édouard Philippe dimanche après-midi à Matignon. Objectif : afficher son unité, éviter les couacs et organiser le déploiement médiatique des ministres. Ceux qui sont directement concernés par les grèves et les manifestations – Transports, Éducation, Santé, Travail ou Intérieur – se démultiplieront jusqu'à jeudi dans les médias. Avec un message : "On s'occupe des Français et on essaie de limiter au maximum l'impact de la grève", résume-t-on à Matignon, où on entend "être présents, réactifs, et ne pas subir l'agenda".

Lire aussi - Grève du 5 décembre : ce qui sera bloqué jeudi

Modes de transport alternatifs, accueil des enfants dans les écoles, hôpitaux ou télétravail : le gouvernement œuvre à la mise en place de solutions pour les usagers des transports et des services publics. Mercredi, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d'État, Laurent Nuñez, détailleront le déploiement des forces de l'ordre prévu lors des manifestations de jeudi.

L'interrogation porte sur les jours d'après

Laissant le soin à son Premier ministre de monter au front, ­Emmanuel Macron consacrera plutôt les prochains jours au sommet de l'Otan et à l'hommage national, demain, aux 13 militaires tués au Mali. "Ce n'est pas la première fois que les Français défilent pour exprimer leur opposition à une réforme", relativise-t-on à l'Élysée.

Pour tous, c'est entendu : jeudi sera noir. L'i...


Lire la suite sur LeJDD