Le Brandebourg va poursuivre la Pologne pour ses travaux autour du fleuve Oder

LISI NIESNER / REUTERS

Il y a à nouveau de l’eau dans le gaz entre Varsovie et Berlin. Il n’est plus question de réparations de guerre mais du fleuve Oder. L’écosystème du deuxième plus grand fleuve de Pologne, marquant 180 kilomètres de frontière avec l’Allemagne, est ravagé par la prolifération d’algues dorées, dont l’origine reste encore mystérieuse, même si de forts soupçons pèsent sur des entreprises publiques polonaises. Plus de 249 tonnes de poissons morts ont été repêchés durant l’été 2022.

“Cela fait longtemps que les écologistes et les chercheurs s’opposent aux travaux touchant au fleuve Oder, mais, après la catastrophe écologique, le Brandebourg va plus loin : il compte porter plainte à Varsovie et tenter de suspendre [les travaux]”, explique le quotidien libéral polonais Gazeta Wyborcza, dans son édition locale de Wroclaw.

“Nous estimons que l’impact environnemental transfrontalier escompté et l’état écologique actuel de l’Oder ne sont pas suffisamment pris en compte”, indique dans la presse allemande le porte-parole du ministère de la Santé du Brandebourg, le Land allemand où coule l’Oder. La plainte sera déposée d’ici au 16 novembre auprès du tribunal administratif de Varsovie, qui aura un mois pour se prononcer.

Le Brandebourg s’est aussi alarmé de taux de salinité anormalement élevés de nouveau constatés récemment, comme l’été dernier, ajoute le journal polonais.

Certes, la Pologne avait commencé les travaux autour de l’Oder bien avant la catastrophe estivale, “sur la base de l’accord polono-allemand de 2015, prévoyant que le fleuve soit régulé et approfondi afin d’améliorer la lutte contre les inondations et de permettre le passage des brise-glace”. Puis les nationaux-conservateurs du PiS sont arrivés au pouvoir en Pologne. “Le ministre de l’Économie maritime et de la Navigation de l’époque a rêvé d’une grande modernisation de l’Oder” : de quoi faire douter en Allemagne sur les véritables intentions de la Pologne au sujet du cours d’eau frontalier, argumente Gazeta Wyborcza.

L’annonce de la plainte a fait bondir la ministre de l’Environnement polonaise, Anna Moskwa, qui, sur Twitter, a accusé le Brandebourg de ne pas vouloir “protéger ses propres ressortissants, ni les ressortissants polonais contre les inondations”. En 1997, une crue de l’Oder avait fait une cinquantaine de morts et provoqué de vastes dégâts dans la région de Wroclaw.

[...] Lire la suite sur Courrier international