Brahim Bouhlel emprisonné : la demande de mise en liberté sous caution de l'acteur de Validé examinée

·1 min de lecture

Les autorités marocaines n'ont pas du tout apprécié ce que Brahim Bouhlel avait pourtant qualifié de blague. Pour mémoire, dans une vidéo diffusée sur le web, l'acteur de Validé, en compagnie de l’influenceur Zbarbooking et du comédien Hedi Bouchenafa vu dans En Passant Pécho, était filmé en train de doubler les voix de ses comparses. Réunis autour d’une table, les comédiens se sont inspirés de doublages américains pour décrire de manière caricaturale la société marocaine. Ce qui se voulait au départ comme une blague, a suscité une forte indignation sur les réseaux sociaux, pour ensuite prendre une réelle tournure judiciaire.

Bien que Brahim Bouhlel se soit excusé à plusieurs reprises sur son compte Instagram, le président du Club des avocats du Maroc, Mourad Elajouti, a porté plainte, et cela a conduit à la garde à vue du comédien et de Zbarbooking le 6 avril dernier. Les faits n'en sont, malheureusement pour eux, pas restés là car au cours de leur procès qui s'est tenu le 14 avril dernier au Maroc, ils ont été jugés coupables et condamnés à une peine de prison de huit mois pour l'un et un an ferme pour le second.

Face à ces lourdes peines, l'avocat de Brahim Bouhlel, Charles Morel, a tenu à informer que son client était en "état de choc et traumatisé". "Cette vidéo, dans la compréhension au premier degré, est radicalement contraire à tout ce qu'il est lui-même. C'est quelqu'un qui est jovial, généreux, qui prend soin des autres. Il est toujours dans l'empathie, dans la compassion", (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Loana de retour dans TPMP : cet avertissement que lui a lancé Sylvie Ortega
20 ans de la Star Academy : l'absence de Jenifer et Nolwenn Leroy choque les internautes
PHOTOS Alice Detollenaere enceinte : elle pose en sous-vêtements avec Camille Lacourt
Albert II de Monaco indigné : il réagit à la "blague" scandaleuse sur sa mère Grace Kelly
Prince Philip : la cause de sa mort révélée par son certificat de décès