Brad Pitt à Bruxelles malgré les mesures sanitaires : son voyage interroge les Belges

·1 min de lecture

Il n’y a pas qu’en France que des règles doivent être respectées pour faire face à la crise sanitaire. Depuis le 27 janvier et jusqu’au 18 avril 2021 au moins, les voyages non-essentiels à destination ou en provenance de la Belgique sont interdits. Cela n’a toutefois pas empêché Brad Pitt de s’y rendre en jet privé ce lundi 29 mars, comme l’indique le média flamand Het Laatste Nieuws. Selon les informations de RTL Info, l’acteur passionné d'art aurait passé sa première nuit dans une suite à 5000 euros de l'Hôtel Amigo, tout près de la Grand Place, avant de partir s’installer plus discrètement ailleurs. Si l’on ne connaît pas les raisons exactes de sa venue en Belgique, une chose est sûre : il a d’ores et déjà visité l’exposition de son grand ami Thomas Houseago. Les deux hommes sont proches : Brad Pitt a déjà pratiqué la sculpture dans l’atelier de l’artiste à Los Angeles, une activité qui l’a aidé à se recentrer après ses récents déboires. Lors de sa visite à Paris en 2019, Brad Pitt avait aussi admiré une exposition de Thomas Houseago, avant de visiter le musée Rodin en toute discrétion avec son ami.

Le 31 mars, une photo des deux compères a été publiée sur le compte Instagram des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. La nouvelle exposition de Thomas Houseago, Vision Paintings, sera présentée au public à partir du 22 avril dans ce haut lieu bruxellois de la culture. Brad Pitt a eu le loisir de la voir en avant-première, avec l’artiste et un représentant du musée. L’acteur (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Lee Macmillan : la star canadienne d’Instagram s’est donné la mort à l'âge de 27 ans
Manuel Valls : cet énorme regret qu'il éprouve à l'égard de ses enfants
Mort d'Olga Shlyamina, une reine de beauté de 33 ans, décapitée par son compagnon après sa victoire à un concours
The Voice 2021 : Vianney revient sur ce détail qui agace les téléspectateurs
VIDEO Pascal Praud : agacé par les mesures d'Emmanuel Macron, il mime un hamster