"On m'a brûlé mes vêtements et pissé dessus": Pascal Légitimus se confie sur des agressions racistes lorsqu'il était enfant

Pascal Légitimus à Cannes en 2016. - VALERY HACHE / AFP
Pascal Légitimus à Cannes en 2016. - VALERY HACHE / AFP

Invitée dans l'émission Un monde un regard de Public Sénat, Pascal Légitimus est revenu sur sa carrière et notamment sur le racisme dont il est victime depuis son plus jeune âge. Français métisse d'origine arménienne et antillaise, l'humoriste des Inconnus, s'est alors confié sur ces actes qui l'ont "profondément blessé".

"Enfant, on m'a brûlé mes vêtements et pissé dessus, on m'a frappé. Ma mère venait de m'acheter un duffel-coat et il y a un mec qui a pris une allumette et qui l'a mise dans ma capuche", révèle Pascal Légitimus.

Si avec le temps, le comédien a réussi à surpasser ces remarques et violences racistes pour en faire sa force via l'humour, c'est, selon lui, grâce à l'éducation reçue par ses parents.

"Ils m'ont fait comprendre qu'il fallait être dans l'empathie, être toujours positif parce que si j'avais été dans une colère et dans une rage, [...] je serai devenu un voyou pour me venger, pour taper", assure-t-il.

"Je n'ai pas choisi d'être métisse"

Ces situations de racisme, Pascal Légitimus assure en avoir également fait les frais lors de ses débuts dans la comédie, notamment dans le choix des rôles qu'on lui proposait d'incarner.

"Toute ma vie j'ai reçu des scénarios où c'était marqué 'noir', 'africain', 'racaille', 'chauffeur de taxi' mais moi je disais: 'je veux faire le rôle du médecin ou de l'avocat'. Je me suis respecté en fait", affirme-t-il.

L'humoriste révèle aussi avoir reçu par le passé de nombreux courriers injurieux, qu'il a fait le choix de conserver pour certains, et explique avoir été victime d'agressions verbales en public.

"Il y a une dizaine d'années à un feu rouge, il y a un type qui a failli m'écraser. Il m'a dit 'sale arabe' et il est passé à toute vitesse. J'ai rigolé", détaille Pascal Légitimus.

"Les gens ils m'ont demandé pourquoi je rigolais. Je leur ai dit: 'déjà je ne suis pas arabe et je ne suis pas sale, j'ai pris une douche ce matin. Le mec ne me connaît pas donc c'est sur une apparence qu'il m'a critiqué", ajoute-t-il.

Et de conclure: "Comment peut-on reprocher à quelqu'un ce qu'il n'a pas choisi d'être. On ne choisit pas d'être arabe, noir, juif, aveugle, handicapé. Je n’ai pas choisi d'être métisse, pourquoi on me le reproche ?"

Article original publié sur BFMTV.com