"Tout a brûlé" : les sinistrés constatent les dégâts après l'incendie dans le Var

·1 min de lecture

Après cinq jours de lutte acharnée des pompiers contre le pire incendie de l'année en France, qui a fait deux morts, le feu est "fixé" dans l'arrière-pays varois, selon les mots du préfet du Var, Évence Richard. Il n'est cependant "pas éteint" et les secours craignent le renforcement du vent. 7.000 hectares ont brûlé ainsi que plusieurs habitations. Certains sinistrés ont d'ailleurs pu aller constater les dégâts, comme Arlette, âgée de 66 ans.

LIRE AUSSI - Incendie dans le Var : quelles conséquences pour la biodiversité ?

"On a l'impression que la vie s'effondre"

"Ça c'est ma cuisine, il n'en reste plus rien. Les murs se cassent et tombent, la toiture s'est écroulée. Regardez, il y a même des morceaux d'agglo qui sont tombés", désespère cette habitante sinistrée. Les photos défilent sur le téléphone de la sexagénaire. Et sur les images des décombres, entre les vignes calcinées, on peut voir les restes de sa maison ravagée par les flammes. "Le premier jour, on a l'impression que la vie s'effondre. J'ai pris une robe, une paire de tongs et les papiers du notaire, c'est tout", poursuit celle qui s'est réfugiée dans une petite maison vétuste de Cogolin avec son fils et ses six caniches, où elle dort depuis mardi sur un matelas gonflable. 

>> Retrouvez Europe midi en replay et en podcast ici

"Je crois que c'est la maison où vivait le directeur de l'école Chabot. Honnêtement, les Cogolinois sont formidables. C'est la solidarité du village qui nous a prêté une table, des...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles