Brésil: des rassemblements soixante ans après le coup d'État militaire

Ce lundi 1ᵉʳ avril marquait les soixante ans du putsch qui a renversé Joao Goulart et institué une dictature militaire de plus de vingt ans au Brésil. Des rassemblements ont eu lieu dans tout le pays sous le slogan « Dictature plus jamais ». Le contexte est délicat ; le président Lula a refusé la tenue de cérémonies officielles.

Avec notre correspondante à Rio de Janeiro, Sarah Cozzolino

Nous sommes dans le centre de Rio, devant un bâtiment abandonné qui abritait un centre de détention des opposants à la dictature. Luciana Lombardo est historienne. « À l’intérieur, il y a des documents à l’abandon, il y a énormément de matériel, souffle-t-elle. Mais le bâtiment est dans un état déplorable, c’est un pan entier de l’histoire du pays qui va bientôt s’effondrer. »

Réunis sous le slogan « Dictature plus jamais », les militants critiquent la décision du président Lula, qui a refusé d’organiser des cérémonies officielles. Lucas Pedretti fait partie du collectif « Mémoire, Justice et Vérité ». Pour lui, « après la tentative de coup d’État du 8 janvier 2023, il est encore plus important de parler du putsch militaire de 1964. Nous avons à nouveau vécu une menace autoritaire, qui a fragilisé la démocratie brésilienne », estime-t-il.

À lire aussiAnniversaire du coup d'État de 1964 au Brésil: Lula ne veut «pas s'attarder sur la question»


Lire la suite sur RFI