Brésil : le président Jair Bolsonaro estime que "l'on peut pardonner" la Shoah

franceinfo avec AFP
Le président d'extrême droite a provoqué la colère d'Israël, pays avec lequel il a pourtant entrepris de nouer des liens plus étroits depuis son élection.

Après avoir attaqué les homosexuels, les femmes et les Noirs, Jair Bolsonaro a de nouveau tenu des propos très polémiques à propos du génocide juif. Devant un parterre de pasteurs évangéliques à Rio de Janeiro, le président brésilien a estimé que "l'on pouvait pardonner, mais pas oublier" la Shoah, rapporte Le Monde.

Face à la polémique, le président d'extrême droite Jair Bolsonaro a expliqué dans une lettre envoyée aux autorités israéliennes, samedi 13 avril, qu'il avait été mal interprété. "Nous nous opposerons toujours à ceux qui nient la vérité ou souhaitent effacer notre mémoire, qu'il s'agisse d'individus, de groupes, de chefs de partis ou de Premiers ministres. Nous ne pardonnerons ni n'oublierons jamais", a-t-il affirmé.

Le nazisme, un "mouvement de gauche" pour le président

Le Centre de mémoire de l'Holocauste Yad Vashem a pour sa part expliqué dans un communiqué que "personne ne peut déterminer si les crimes haineux de l'Holocauste peuvent être pardonnés". Dans sa lettre envoyée ce week-end aux autorités israéliennes, Jair Bolsonaro a réitéré avoir écrit sur le livre de ce Centre de mémoire la phrase "Celui qui oublie son passé est condamné à ne pas avoir d'avenir"."Toute autre interprétation n'intéresse que ceux qui veulent m'éloigner de mes amis juifs", a-t-il écrit dans cette missive.

"Le pardon est une chose personnelle et ne s'inscrit pas dans un contexte historique comme (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi