Brésil: une pétition recueille 500 000 signatures pour défendre la démocratie face à Bolsonaro

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une pétition pour « la défense de la démocratie » au Brésil a recueilli plus d'un demi-million de signatures, dont celles de poids-lourds du patronat, en réponse aux critiques du président Jair Bolsonaro contre les institutions et le système électoral.

Lancée par des membres de la Faculté de droit de l'université de Sao Paulo (USP), cette « Lettre aux Brésiliens et Brésiliennes en défense de l'État démocratique de droit » dépassait les 546 000 signatures samedi à la mi-journée, à deux mois de l'élection présidentielle.

« Nous vivons un moment de grand péril pour la normalité démocratique, de risque pour les institutions, avec des insinuations de non respect du résultat des élections », estiment les auteurs du texte, signé également par d'anciens juges de la Cour suprême, et de nombreux artistes, comme le célèbre chanteur Chico Buarque.

« Des attaques infondées et sans preuve remettent en cause le processus électoral et l'État démocratique de droit conquis de haute lutte par la société brésilienne. Les menaces contre les autres pouvoirs (...), l'incitation à la violence et à la rupture institutionnelle sont intolérables », poursuit la pétition, qui à aucun moment ne cite nommément le président Jair Bolsonaro.

Adhésion des fédérations patronales

Le chef de l'État, au pouvoir depuis début 2019 et candidat à un second mandat, n'a cessé de critiquer le système de vote électronique en vigueur au Brésil depuis 1996, alimentant la crainte qu'il ne reconnaisse pas le résultat de la présidentielle en cas de défaite.

(Avec AFP)


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles