Brésil : un mandat compliqué pour Jair Bolsonaro

En septembre 2018, Jair Bolsonaro était poignardé sous les yeux de ses partisans lors de la campagne électorale. Grièvement blessé, le candidat de l’extrême droite, favori de la présidentielle, devient une icône d’un peuple majoritairement chrétien. Il devient président du Brésil avec 55% des voix.La menace LulaSes prises de position sont rapidement controversées. Dès le début de l’épidémie de coronavirus, Jair Bolsonaro minimise le danger, qualifie l’épidémie de Covid-19 de simple grippe, s’oppose au confinement et la campagne de vaccination est jugée tardive et chaotique. Alors que le Brésil connaît actuellement une nouvelle flambée de cas de contamination, le président fustige les mesures prises par de nombreuses villes pour contrer la pandémie et invite les Brésiliens “à arrêter les pleurnicheries”. Sa politique anti-écologiste est aussi pointée du doigt. Il est jugé responsable de la déforestation de la forêt amazonienne par la communauté internationale et les peuples autochtones l'accusent de crimes contre l'humanité. À 65 ans, il pourrait affronter l'égérie de la gauche, Lula, à l’élection présidentielle de 2022.