Brésil: Lula laisse entrevoir une candidature en 2022, attaque le bilan de Bolsonaro

par Leonardo Benassatto
·2 min de lecture
BRÉSIL: LULA LAISSE ENTREVOIR UNE CANDIDATURE EN 2022, ATTAQUE LE BILAN DE BOLSONARO

par Leonardo Benassatto

SAO BERNARDO DO CAMPO, Brésil (Reuters) - Luiz Inacio Lula da Silva a préparé le terrain à une probable candidature à l'élection présidentielle de 2022 au Brésil, profitant mercredi de son premier discours depuis l'annulation de ses condamnations pour attaquer la gestion par Jair Bolsonaro de la crise sanitaire du coronavirus et de l'économie.

Âgé de 75 ans, l'ancien président brésilien a dit ne pas avoir encore pris de décision sur une éventuelle candidature au scrutin de l'an prochain, alors que l'annulation lundi par la Cour suprême de ses condamnations au pénal pour des faits de corruption lui permet d'être à nouveau éligible.

Toutefois, le long et passionné discours qu'il a prononcé au siège d'un syndicat à Sao Bernardo do Campo, où il a débuté sa carrière politique dans les années 1980 en menant des grèves nationales, avait l'allure d'un lancement de campagne électorale.

Au-dessus de l'estrade depuis laquelle il s'exprimait figurait le slogan: "Santé, emplois et justice pour le Brésil".

"Le pays est désorganisé et s'effondre parce qu'il n'a pas de gouvernement", a dit Lula à la foule, mettant en relief la crise économique actuelle avec la forte croissance et des inégalités en baisse lorsqu'il était au pouvoir de 2003 à 2011.

Lula a directement attaqué Jair Bolsonaro pour sa gestion de la crise sanitaire, citant en particulier les retards dans l'obtention des vaccins contre le coronavirus et les doutes répandus par le président d'extrême droite sur l'efficacité de ceux-ci.

"Nombre de ces décès auraient pu être évités", a dit l'ancien président, se présentant comme un dirigeant expérimenté à même de remettre le pays sur la bonne voie.

Jair Bolsonaro n'a pas tardé à réagir aux propos de Lula, défendant sa gestion de la crise sanitaire qui a causé plus de 270.000 décès dans le pays d'Amérique du Sud - le deuxième bilan le plus lourd au monde après les Etats-Unis.

Le dirigeant d'extrême droite a qualifié les critiques de Lula d'"injustifiées". "Il a désormais débuté sa campagne, mais n'a rien de positif à montrer. Cette campagne est simplement pour critiquer, mentir et promouvoir la désinformation", a déclaré Jair Bolsonaro à la chaîne CNN Brésil.

(Leonardo Benassatto, avec Gabriel Stargardter à Rio de Janeiro et Ricardo Brito à Brasilia; version française Jean Terzian)