Brésil et l’Argentine : bientôt une monnaie commune aux deux pays ?

A macro image of a pink Brazilian five reais note with an Argentinian ten peso bill
Vitoria Holdings LLC / Getty Images/iStockphoto A macro image of a pink Brazilian five reais note with an Argentinian ten peso bill

INTERNATIONAL - Le Brésil et l’Argentine unis par une monnaie unique ? Le sujet est en discussion, selon une information du Financial Times ce dimanche 22 janvier. Les deux pays sont en train de réfléchir à la création d’une zone monétaire unique, avec une seule devise en remplacement du real brésilien et le peso argentin.

Le président argentin, Alberto Fernandes, et son homologue brésilien Lula en discuteront cette semaine et doivent faire une annonce sous peu, selon le média. « Il y aura (...) une décision pour commencer à étudier les paramètres nécessaires pour une monnaie commune, ce qui inclut des questions allant des enjeux budgétaires au poids de l’économie (de chaque pays) en passant par le rôle des banques centrales », a déclaré le ministre argentin de l’économie Sergio Massa, cité par le Financial Times.

« Je ne veux pas créer de faux espoirs... c’est le premier pas d’un long chemin que l’Amérique latine doit parcourir », a-t-il tempéré, rappelant qu’il a fallu 35 ans à l’Europe pour créer l’Euro.

Le « sur » pour le Sud

Quant aux autres pays d’Amérique latine, ils sont invités à participer aux discussions s’ils le veulent. En effet, ce nouveau projet de monnaie pourrait plus tard s’étendre à toute l’Amérique du Sud.

L’idée avait déjà été abordée en 2019 par les responsables politiques des deux pays avant d’être rejetée par la banque centrale du Brésil à l’époque. Le ministre des Finances brésilien et ex-maire de São Paulo, Fernando Haddad avait également évoqué cette possibilité, proposant même un nom pour cette éventuelle devise : le « sur » en espagnol, c’est-à-dire le sud.

Comme le rappelle le média Les Échos, l’Argentine et le Brésil représenteraient environ 5 % du PIB de la planète. Un poids non négligeable, même si, en comparaison, la zone euro représente environ 15 % du PIB mondial.

À voir également sur Le HuffPost :