Brésil : Jair Bolsonaro visé par l’enquête sur l’assaut de Brasilia, un ancien ministre interpellé

© Fotoarena/Sipa USA/SIPA

Les images rappellent fortement la prise du Capitole par des sympathisants de Donald Trump, en 2021. Dimanche 8 janvier, une semaine après l’investiture du nouveau président brésilien, de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva, des centaines de partisans de Jair Bolsonaro ont montré leur mécontentement par la violence. Réunis devant le Congrès à Brasilia, ils ont réussi à franchir les barrières de sécurité malgré l’intervention de la police. Les partisans ont rapidement pris d’assaut ce bâtiment historique qui regroupe la Chambre des députés et le Sénat. L'ex-président brésilien Jair Bolsonaro , dont des proches ont déjà été mis en cause, est désormais lui-même directement visé par la justice pour son rôle dans le saccage d'institutions nationales à Brasilia, souligne l’AFP.

Alexandre de Moraes, juge de la Cour suprême, a annoncé vendredi qu’il incluait, comme le demandait le parquet général, l’ancien chef d’État d’extrême droite dans son enquête. L’objectif est clair : découvrir les éventuels instigateurs des violences.

« Une incitation publique à l’exécution d’un crime »

Selon le parquet général à l’origine de cette demande, Jair Bolsonaro « a effectué une incitation publique à l’exécution d’un crime », peut-on lire dans son communiqué. Car l’ex-président a diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo « mettant en cause la régularité de l'élection présidentielle de 2022 ».

Cette vidéo a été publiée deux jours après l'invasion du siège de la présidence, du Congrès et de la Cour...


Lire la suite sur LeJDD